Notre maison brule, et nous regardons ailleurs

Jacques Chirac

Qu’il est difficile de récupérer des informations sur cet incendie qui a touché, jeudi 26 Septembre, une usine classée Seveso de Rouen. Depuis l’annonce de la mort de Jacques Chirac, l’actualité tourne autour de sa vie politique. Les plateaux télé sont investis de diverses personnes venues témoigner de leurs liens, qu’ils soient fort ou très maigre, avec l’ancien président de la République et ont quasiment tous éludé la question de cet incendie. Le 20h de France 2, sur plus de 80 minutes d’émissions, consacrera tout son temps d’antenne sur la mort de Jacques Chirac, et ne prendra au final qu’une petite minute pour parler de l’incendie de Rouen.

Que s’est il passé à Rouen ?

Ce jeudi 26 Septembre, vers 2h40 du matin, un incendie s’est déclaré dans un bâtiment de l’usine Lubrizol. Cette entreprise fabrique des additifs servant à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industriels. Son activité fait donc qu’elle est classée comme une entreprise « Seveso seuil haut », c’est à dire qu’elle est surveillée en raison de la dangerosité des produits qu’elle utilise.

Suite à cet incendie, la préfecture a pris plusieurs mesures de protection en attendant la fin de l’incendie, comme la mise en place d’un périmètre de sécurité à 500m autour du site, la fermeture d’écoles ou l’incitation au confinement de la population. Quelques axes routiers et quelques ponts ont aussi été fermés à la circulation. Quelques temps après l’incendie, des dépôts d’hydrocarbures sont repérés un peu partout dans la ville normande et dans ses alentours. Sur des toboggans, des voitures, des potagers ou encore dans des réserves d’eau de pluie, la ville se couvre peu à peu d’une texture visqueuse noire qui ressemble à de l’huile (il faudrait des analyses pour savoir ce que c’est exactement).

 » Circulez y a rien à voir « 

C’est le message que font passer en tout cas les pouvoirs publics avec plusieurs informations dès 7h30 indiquant, dans un communiqué de presse, que les analyses du nuage de fumée « montrent que les effets de ce nuage peuvent se révéler irritants et odorants mais sans toxicité aiguë ». En résumé, comme le titrait hier le journal 20 minutes, Un nuage de fumée un peu toxique mais pas trop traverse les Hauts-de-France (le journal a depuis changé le titre de son article). Mais cette déclaration ne rassure pas la population locale qui elle voit plusieurs effets de ce nuage noir. À commencer par les irritations les nausées et les maux de têtes à répétitions que subissent les habitants. Cela a d’ailleurs amené à l’évacuation des salariés de France 3 Normandie. Mais c’est aussi la mort de plusieurs animaux comme des poissons, ou des oiseaux tombés comme des mouches, qui alertent aussi les locaux.

Source – Twitter

Ce manque d’informations de la part des autorités laisse dans la région un climat anxiogène, où beaucoup de personnes souhaitent connaître les tenants et les aboutissants de cette affaire.

Bien que plusieurs familles aient décidé de partir de la région en attendant une amélioration, la population s’organise pour communiquer leurs informations et donner des conseils pour faire face à cette situation. Un groupe Facebook public a été mis en place pour échanger et proposer de l’aide à ceux qui en ont besoin.