Il y a quelques jours on apprenait que les taux de plomb relevés sur le chantier de la rénovation du hall de la gare d’Austerlitz pulvérisaient les plafonds. Et pourtant un silence règne sur ce sujet…

Le chantier

wikipedia

Il a été débuté il y a deux ans et devait finir pour 2020. Le projet est de créer à l’instar de la gare St-Lazare un centre commercial géant qui sera aménagé sous la halle historique de 1865. Il faudra donc créer 20 000 m2 de surface de vente sous l’immense verrière de 280 m de long entièrement restaurée. Plusieurs entreprises, de différents corps de métier, sont sur ce chantier. Seulement voilà, celui-ci est à l’arrêt depuis début septembre 2019. La cause : la SNCF avait demandé l’arrêt du chantier car elle trouvait l’un de ses prestataires « défaillant ».

Le plomb

Il faut savoir que dans toutes les anciennes constructions il y a une présence de plomb, d’amiante… C’était des matériaux utilisés quotidiennement à l’époque. Il n’y a donc rien d’extraordinaire d’en retrouver dans une « ancienne » gare. En général, on fait donc appel à une société afin d’effectuer un déplombage, et ce avec énormément de mesures de sécurité. Il y a tout un protocole à suivre, les employés doivent travailler avec une combinaison, un masque ventilé. Ensuite, ils passent dans un sas et doivent prendre une douche et jeter leurs combinaisons. Il faut savoir également qu’il y a une grille avec les taux de plomb « limite ».

Des résultats alarmants

L’une des PME engagée sur ce chantier a décidé, de manière anonyme, de tirer la sonnette d’alarme. En effet, cette PME refuse aujourd’hui de reprendre le travail sur ce chantier.

« Ce chantier, c’est une bonne part de notre chiffre d’affaires. On va au-devant d’une catastrophe économique. Mais on ne peut pas jouer avec la santé des gens », confie un dirigeant.

Il faut avoir conscience que l’ingestion de plomb représente des risques pour la santé (troubles du système nerveux, des reins, du sang, effets sur la grossesse des femmes et altération des spermatozoïdes chez l’homme, retard psychomoteur et mental chez l’enfant). Et le problème c’est que les mesures drastiques de prévention ne s’appliquent pas aux ouvriers des chantiers voisins, et encore moins aux cheminots, aux salariés des commerces de la gare et aux centaines de milliers de voyageurs qui passent quotidiennement par la gare d’Austerlitz.

Les taux de plomb détectés

Les mesures effectuées pour la PME spécialisée par un laboratoire indépendant, sous PV d’huissier, révèlent des taux jusqu’à 40 fois supérieurs à la normale, y compris dans des espaces publics, sur les quais, près des sandwicheries…

Selon ces mesures, l’espace confort sous la grande halle, le 19 septembre, révélait un taux de 17 094 micogrammes (µg)/mètre carré, alors que le seuil réglementaire est de 1000 µg/m2. Pour la palissade à côté du Relay, c’est même plus de 25 000 µg/m2 et 37 000 dans la balayette d’un agent de propreté…

Cependant, d’après des mesures prises par la SNCF les taux ne dépasseraient pas les 3000 µg/m2 (ce qui est 3 fois supérieur au taux maximal) mais on ne s’inquiète vraiment que quand ça dépasse les 5000 µg/m2.

Lien vers le site de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médical sur le saturnisme.

Qu’en pensent les autorités ?

La préfecture de région, l’agence régionale de santé, le conseil régional, la Ville de Paris et même l’inspection du travail ont été alertés. Et pourtant la vie suit son court sans qu’aucune action ne soit entreprise. L’inspection du travail a pourtant fait le déplacement, et estime qu’il faut demander aux entreprises qui travaillent sur le chantier d’installer des « équipements de décontamination » à la sortie de ce dernier.

Nous avons essayé d’avoir des réponses de la part de SNCF gares & connexions et voici leur réponse :

Bonjour,

SNCF Gares & Connexions a mis en place toutes les dispositions permettant de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le périmètre du chantier et ses abords.
Un expert plomb, indépendant et mandaté par SNCF Gares & Connexions, suit le déroulement du chantier, effectue des rapports de visites hebdomadaires et formule des préconisations.
A notre demande, en plus des obligations légales, des mesures de contrôle sont réalisées hebdomadairement par une entreprise qualifiée indépendante sur l’ensemble des espaces de la gare.
Ces rapports sont communiqués, toutes les semaines, à l’ensemble des entreprises intervenant sur le site et au responsable de l’exploitation de la gare, ainsi qu’aux organismes réglementaires compétents.

Des réponses bien loin d’être satisfaisantes, quand on sait que les « mesures » de précautions sont descendre la bâche de protection qu’il y avait au-dessus du chantier de quelques mètres, proposer aux agents SNCF des plombémies (prise de sang pour mesurer le taux de plomb présent), et faire des relevés par une société qu’ils mandatent et payent…

Conclusion

Des milliers de personnes passent par un endroit contaminé, rentrent chez eux et y déposent des particules de plomb, nos cheminots travaillent dans un lieu avec des taux de plomb 40 fois supérieur à la norme et ce sans aucune protection, tous les commerçants de cette gare également, on y mange des sandwich sauce au plomb. Et tout ça n’a pas l’air de déranger qui que ce soit.

Faut-il attendre comme pour l’amiante, les premiers symptômes pour que des décisions soient prises avec un mot d’excuse : désolé on avait pas les informations suffisantes pour mesurer l’impact que cela engendrerait ?